Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Journal de bord, Jacaré (Brésil)-Chaguaramas (Trinidad)

24 Août 2013 , Rédigé par a bord de papyrus Publié dans #2013, #Traversées

Album photos navigation brésil trinidad

Mercredi 7 août 2013

12H00 UTC

Quel Départ !!! Nous étions depuis la veille au soir en bout de ponton d’accueil pour faciliter notre départ en matinée avec le courant fort de la marée descendante.

Après une dernière prise météo sur l’internet de la marina, nous passons dire au revoir et à bientôt aux différents bateaux copains. Embrassades et promesses de news…Tous étaient là pour nous souhaiter bon vent à grand renfort de corne de brume et de cornet à piston !!!

Il faut dire que cette escale Brésilienne fut riche d’activités sociales entre navigants. Vraiment nous avons fait de belles rencontres, et des liens forts sont lancés avec plusieurs équipages. Il y a beaucoup à parier que les retrouvailles à peu près certaines un jour ou l’autre seront fortes. Tous les bateaux ont sensiblement le même programme Antillais et au grès des mouillages nous devrions nous recroiser.

C’est donc avec le courant que nous descendons le Rio en direction du chenal puis du large. Toutes voiles dehors au près à mi chenal nous taquinons 8 Nds, ça s’annonce plutôt sympa.

15H00 UTC

Oui mais en vent arrière, le petit 14/15 Nds de vent ne nous pousse pas bien fort.

17H00 UTC

C’est tout mou avec une forte houle, croisée bien entendu. Le vent est tombé et nous appuyons au moteur (1800 Tr/mn) le génois seul que nous avons conservé. On avance 5 Nds… Pas grave on est pas pressés… Mais quand même, où sont passés les 20 Nds de vent annoncés !

21H00 UTC

Ça repart un peu et on coupe le moteur. Croisé plusieurs cargos dans la nuit. Une nuit tranquille en quart tous les deux et on se retrouve au lever du soleil.

jeudi 8 août 2013

10H00 Préparation de l’accastillage de pont en vue d’envoyer le spi.

Le Spi !!! En arrivant à Jacaré, j’ai décidé de faire sécher le spi à terre. Sous le grand préau de la marina, je suspend l’immense toile. Méchante surprise, les coutures sont bien mures, Philippe un skipper pro et ami ainsi que tous les gens qui passent par-là sont unanimes. Ce spi est rincé et de toute façon sa toile c’est du PQ… ! Jamais tu pars en grand voyage avec une toile comme ça… C’est juste bon pour les régates dans du tout petit temps et surtout quand c’est neuf…

Je rencontre un voilier (celui qui fait ou répare les voiles). Il est Allemand et s’est installé là depuis 15 ans. Il fabrique entre autre de très jolis petits bateaux en bois moulé epoxié.

Je lui confie notre vieux génois à réparer et notre GV pour la réduire en tête afin de mieux l’étarquer et plus tard passer sa drisse en double sur poulie. Chance, il possède un spi de régate dans nos dimensions qu’il nous cède pour 1000 Euros. Un peu plus petit que le précédent, il devrait pouvoir tenir jusqu’à 20/25 nds de vent avec sa superbe toile de compète prévue tout temps…

Conclusion, nous repartons avec – 1000 Euros et franchement fâché contre notre « super gréeur » qui au final « l’ami de l’ami » nous aura bien baisé. Les isolateurs de merde de pataras + ce spi que nous aurons envoyé au final deux fois pour un total de huit heures dans du tout petit temps. Merci pour le cadeau, je frémis en pensant que c’est lui aussi qui nous a remplacé le gréement dormant.

Le positif, c’est qu’on apprend à donner notre confiance avec expérience…

11H00 Spi envoyé mais la chaussette est coincée tout en haut. Faudra l’affaler à l’ancienne… Du sport en perspective !

12H00

Bilan de ce premier jour : 140 NM parcourus, c’est maigre.

Le bateau s’est réveillé, le vent revient et nous avançons maintenant dans les 8 Nds et plus.

La mer n’est pas trop méchante et de toute façon on l’a dans les fesses. Reste à voir comment ça va accélérer quand nous aurons 20 Nds de vent !!!

19H00

Dans une mer formée, nous avons pu tester différentes allures avec le nouveau « petit » spi. Jusqu’alors c’est une vraie bonne voile. Actuellement par exemple plein vent arrière avec 16/18 Nds on avance 9 Nds de moyenne avec des petites escapades au-delà de 10 Nds. C’est vraiment très tranquille. Vers midi nous avons utilisé ce spi symétrique comme un asymétrique en déplaçant un point d’amure sur la coque centrale. On est resté 2 ou 3 heures dans un vent souvent à 90°. Les conditions semblent bonnes pour la nuit et j’envisage de le garder. Seul bémol pour l’affaler en urgence il faudra le brasser à la main sans la chaussette qui est toujours coincée…

Beaucoup de trafic cargo nous sommes dans la bande des 40NM des côtes.

vendredi 9 août 2013

12H00

210 NM avalés, notre record !!! Mais un spi dans l’eau à 3H00… Moins bien… !

Moyenne journalière 8,75 Nds, moyenne générale 7,41 Nds.

Voilà une expérience de plus à notre actif. 140 M2 de toile. J’avais la certitude non sans peine, de pouvoir ramener le spi à la main dans les conditions de mer et de vent que nous avions à la tombée de la nuit. C’était trop parier… La mer a forcit considérablement et le vent aussi. Le speedo encrassé sous la coque depuis le départ, nous n’avions que le vent apparent au compteur. Même s’il suffit d’additionner la vitesse du bateau à celle du vent apparent pour obtenir le vent réel, n’empêche qu’à la lecture et l’impression, les alertes sensorielles ne se sont pas allumées suffisamment pour m’inciter à changer de voile avant la nuit. J’ai vu en SOG au GPS 13,5 Nds de vitesse et souvent 12 Nds. C’est l’élingue en tête de chaussette qui a cédé. Fred était de quart, une plus grosse vague nous a mis en travers et le spi c’est torché. Il s’est regonflé d’un coup et crac… Mon amour m’a raconté comment la voile est tombée un peu comme au ralenti. Puis arrêt du bateau, la tête dans le c… nous avons repêché notre belle voile dans une ambiance un peu drame de reportage « Voiles et Voiliers »… Bon pas fier… Bilan une belle déchirure, pas grave mais quand même… Elle a dû s’embrocher sur l’étrave tribord quand elle a touché l’eau avec la vitesse résiduelle du bateau…

Depuis nous sommes sous génois, c’est redevenu beaucoup plus confortable a bord, Fred a bien dormi.

13H00

Le vent est plutôt dans les 25/30 Nds et sous génois seul on cartonne dans les 11Nds. Nous venons de prendre un ris quand même… Ben oui, on redeviens raisonnable. La mer est forte parfois 4 mètres de grosses lames qui te soulèvent toutes les 5 à 6 secondes. C’est rapide et du coup on cumule les surfs en permanence. Toujours une SOG de 8,5 à 9Nds… C’est très cool !!!

samedi 10 août 2013

09H00

Wahou !!! c’est de la glisse… !

Levé du jour et sortie de quart pour mon amour. J’ai bien dormi 3 heures, c’est bon ! Nous procédons à une modification de notre route avant que Fred n’aille dormir. Nous nous sommes aperçu cette nuit qu’en quittant la zone des bas-fonds dans 2000 m, non seulement nous naviguons au milieu des pécheurs mais surtout nous perdons le précieux courant… Je dis précieux parce qu’il nous donne + ou – 2Nds de vitesse supplémentaire ! Voilà comment on réalise des records de moyenne dignes de course/croisière. Pour qui comme moi, n’a jamais navigué dans ces eaux en lisant ces lignes s’imagine tout de suite des performances bateau extraordinaires.

Faut dire que depuis notre accident de spi nous sommes sous génois seul. Et à part le petit frôlage de côte de cette nuit nous ne descendons pas en route de fond (SOG) en dessous de 8 Nds. Dès que le vent nous donne 20/25 Nds on voit plutôt du 9/10 Nds même avec un ris… ! La mer est changeante, parfois la houle joue dans 4 m et quelques heures plus tard dans 2 m. C’est tout de suite un confort à bord totalement différent.

Ce matin génois 1 ris, vent arrière total, houle 2 à 3 m, résultat on marche dans 9 Nds au GPS. Je ne peux pas distinguer la vitesse des surfs sans speedo.

Bref tout ça pour dire : Ne rêve pas mon gars, ça ne durera pas !!! En attendant on espère bien en profiter jusqu’à Trinidad !!!

Aller hop un petit jus frais d’agrumes pressés + un café et c’est beau la vie ! Ah oui, je ne fume toujours plus, je vapote !!! Pour l’instant ah ah ah… Parole de fumeur !

12H00

Comme un puceau, j’expérimente la musique au casque… ! Oui, le flip de ne plus entendre le bateau… Tous ses bruits qui rassurent… Oui je connais ce petit glig ou flap… Tout est ok…

Et pour une première je m’enfonce « Muse » dans les oreilles, ça fait deux fois que j’entends parler de ce groupe. La première c’est mon ami Franck qui m’en a parlé comme un truc dément !!! La deuxième c’est Olivier sur Zorba… Voilà deux types digne de confiance , alors j’y vais… A fond au casque… ! Oui la cachaçà ça aide… Bon, première écoute : c’est quoi cette musique d’adolescent rosbif attardé ? J’ignore à peu près de quoi il retourne… j’ai jusqu’alors fait + ou - le malin en disant oui, oui je connais… !

Bon ben oui c’est carrément bon. J’ai d’un coup vingt ans et tout est possible dans mon imaginaire. C’est du rock comme t’as le droit d’aimer… Je vois très bien Olivier à la barre dans une mer démente passant Bonne Espérance et Franck sur sa diabolique Rocket 3.. On a qu’une vie, alors pourquoi ne pas la vivre ?!?

dimanche 11 août 2013

16H00

Bien mangé, tout ça tout ça… Après une nuit sans histoire, depuis Fortaleza on ne voit plus personne, le vent vers 11H00 a décidé de nous abandonner sur le dernier sprint en direction de Lençois. Dans les conditions de vent précédentes nous devions atterrir vers 18 ou 19H00 UTC .

Mal parti à tel point que pour nous éviter un atterrissage de nuit je décide de mettre au moteur pour nous conserver un petit 6 Nds avec la GV. Dans 4 heures on devrait y être.

17H30

A deux heures de Lençois ça y est, on rencontre des pêcheurs, la terre est proche. D’autant que sans rien toucher on est passé de 6 Nds à 7 et même parfois 8 Nds… Courant, marée ?

18H00

Terre en vue, on distingue les immenses dunes attendues…

19H50

Après avoir contourné la première ile avec l’aide des Waypoints d’Olivier, nous voilà mouillé au calme…

Ainsi nous aurons mis 4 jours et 7 heures pour avaler 793 NM…

Vitesse moyenne 7, 67 Nds

Run Maxi 13,5 Nds

Moyenne journalière maxi 8,75 Nds

Magnifique coin dans le monde où l’on trouve des gens authentiques, familles de pêcheurs plutôt sympas. Livrés à eux même sans contrôle étatique, ça marche pour eux et ils ont l’air heureux… Quel cadre merveilleux, même les oiseaux en rougissent… !

ibis rouge (lençois)

ibis rouge (lençois)

mercredi 14 août 2013

12H00

On lève l’ancre et direction le large sur nos traces aller pour sortir de la passe.

13H00

C’est pas la même chanson, 2 heures de moteur vent dans le pif et contre tout on roule 4 N… Bien secoués.

15H00

Au prés un ris on marche fort 9/10 Nds dans une mer un peu bouilloire de 2M. Pas confortable du tout.. On attend de pouvoir abattre en s’éloignant des côtes…

Phénomènes GPS. Autant à l’arrivée qu’au départ de Lençois, tous les gps à bord ont fait les malins… Le traceur sur l’ordi s’est carrément arrêté… C’est comme, sûrement rien à voir, l’iridium qui était infoutu de garder sa connexion… Bizarre…

16H00

Abattu 20° on est entre un prés bon plein et un petit largue houle en travers avant. C’est mieux pour le confort mais c’est pas encore le top du grand largue vague ¾ arrière, que l’on devrait toucher demain matin si on continue à avancer nos 8/9Nds… En attendant, on s’aguerrit dans nos nouvelles performances… Depuis Jacaré, j’avais décidé de moins «freiner» le bateau et davantage le laisser vivre. On a été servi jusqu’à Lençois, et j’espère bien jusqu’au Antilles…

jeudi 15 août 2013

11H00

Ce fût donc une nuit au prés sans beaucoup de vent mais dans le courant. Je viens de mettre au largue vers le nouveau WayPoint. Le vent est à l’Est et nous donne 7 à 10 Nds. On marche 7,5/8 Nds Magique le courant ?!

12H00

Petit déjeuner sur le pont tranquille, on a vraiment pas l’impression d’avancer 8,5/9 Nds soutenus. Nous venons de passer le jour 1 avec 180NM et une moyenne de 7,5… Du coup je m’instruis sur la vie des courants marins dans le guide que nous a offert petite Fafa…

16H00

Le vent est faible mais le courant tient. Nous marchons 6/7 Nds.

16 août 2013

Finalement la journée d’hier et la nuit ont été faible en vent. A part une petit grain pour dessaler le bateau avant la nuit, nous sommes resté dans une routine monotone.

8H00

J’ai relâché la GV au lever du jour, ça fait déjà 2 heures que le courant nous a abandonné. Quelle stratégie adopter ? Prendre au large ou vers la cote à la recherche du courant ? Il doit bien être quelque part. Pour l’heure je pense surtout au peu de vent en cours et prévu et je navigue essayant de tirer le meilleur de nos voiles. Aussi nous prenons légèrement un cap vers le large qui nous permet de garder le vent dans le secteur des 120°/140° Tribord. Peut-être toucherons nous le courant dans la bande des 2000 m. Puis dans 40 NM j’espère repartir vers l’ouest en vent arrière franc avec les deux génois envoyés faute de spi !!! On marche 6/6,5 Nds… Mou, mou…

Journal de bord, Jacaré (Brésil)-Chaguaramas (Trinidad)

18 août 2013

00H00

Au loin j’aperçois une colonne de lumières chlorure de sodium. Un pêcheur ? non par 2500 m de fond… Et puis l’AIS tout doucement, délivre son message STENA-ICEMAX accompagné par BOURBON-HELIOS et BOURBON-LIBERTY. Et ça nous arrive droit dessus ! A 3 Nds mais rien à faire, on est en collision. Le vent c’est remis dans le SSE, il faut de toute façon repasser l’amure du génois léger sur la coque centrale et se mettre en ciseaux vent arrière. Le temps de faire ces manœuvres, et on se retrouve à 5 NM de l’engin devenu monstrueux, plateforme ou cathédrale de lumière. Nous décidons de mettre au moteur et d’anticiper un évitement par l’avant de cet ensemble d’acier qui trace sa route sur notre tribord avant. 20° à bâbord ont tout juste suffi, moteur plein régime on passe devant à moins de 0,7 NM. Il faut maintenant reprendre sur tribord, c’est Bourbon Hélios qu’il faut laisser passer… Un gym cana qui se joue dans une dangereuse lenteur… Bref ça c’est fait, on reprend notre vie, notre route à nous… Il est 01H30 Le vent est toujours mou et nous atteignons au mieux 7 / 7,5 Nds… L’ambiance est lourde et moite, l’effet ventilateur est faible dans ces allures de vent arrière.

19H00

A cache-cache…

On fait ce qu’on peut… Visiblement les courants nous ont abandonnés. On dirait une partie de cache-cache. Tout le long de cette remontée Brésilienne on a bien compris l’importance du courant qui porte au Nord est jusqu’aux Antilles. On l’a vu, lu etc… La magie de se retrouver en plein dedans et la frustration quand il disparaît. Nous suivons la route indiquée par les charts et les guides et pourtant sans prévenir le courant disparaît. Normal pas normal, je suis curieux d’échanger avec d’autres équipages sur cette question. Pour l’heure notre analyse nous pousse à dire que contrairement à ce que dessinent les pilots charts, le courant s’effondre dans les hauts fonds même dans la bande des 70 à 100 NM des côtes. Il resurgit dans les fonds de 2000m. Tout ça pour dire que ça fait 10/12 Heures qu’on avance péniblement entre 5,5 et 6,5 Nds et qu’on en tient encore pour une vingtaine d’heures avant de retrouver les bas fond et son courant… Chouette…

Autre observation, les eaux depuis 30 heures sont vertes. Oui je sais la mer prend la couleur du ciel mais là le ciel est resté bien bleu… Depuis cet après-midi nous avons presque retrouvé le bleu si caractéristique de la haute mer. Je vote pour une influence du fleuve Amazone même si loin des côtes… Encore une énigme à partager avec d’autres navigateurs.

19 aout 2013

Belle journée de voile !

Le vent est tellement faible que mon amour me propose d’envoyer notre ancien spi léger… Par trois fois nous l’envoyons . Du coup il est reprisé et remis en chaussette prêt à servir. Pas d’illusions quand même, par tout petit temps et ça ne durera pas bien longtemps.

Donc une journée/nuit de moteur et de spi…

20 aout 2013

Journée semblable à la veille mais cette fois le vent hésite entre le portant et l’inexistant vent arrière… Aussi c’est avec les deux génois que nous alternons voile et moteur…

21 aout 2013

Cette journée (nuit) s’entame au moteur dans une mer calme et 5 Nds de vent… La houle nous ballote juste de quoi nous rappeler où nous sommes… Sans vent un voilier n’est qu’un bateau à moteur, Arghhhh !!!!

12H00

On essaie, on tente, on fait quoi… !!!

Génois + moteur, GV/génois +moteur, Spi + moteur… C’est la misère… Un ½ Nds par-ci, perdu par là… C’est clairement le courant et le moteur qui nous font garder une petite moyenne comprise entre 5 et 6 Nds. Du coup comme il est devenu clair que nous n’arriverons pas ce soir, mieux vaut ne pas trop avancer pour atteindre Scarborough de jour le lendemain… On se permet même des 4 Nds pendant la nuit…

22 août 2013

C’est vers 13H00, 8H00 heure locale que nous posons notre pioche dans le mini bassin prévu pour le mouillage… En fait c’est n’importe quoi… Toutes les infos glanées dans les guides et expériences, ne sont pas du tout au rendez-vous.

  • Il faut prévenir les coastguard de notre arrivée dès notre entrée dans les eaux territoriales… Ben on a bien appelé sur le 16, ben y a personne qui nous a répondu… Peut-être une dizaine d’essais avec le doute que notre radio soit en panne. On a testé la radio avec la petite portable tout est OK… Quand Fred leur a posé la question, ils ont répondu ne rien avoir entendu. Et devant eux elle m’a appelé à bord pour bien montrer que les radios fonctionnent..
  • Le balisage du chenal n’existe pas ou plus !
  • C’est totalement impossible de laisser le bateau sans personne à bord même le temps de faire les clearances. L’endroit est si réduit du fait des pécheurs sur corps morts qu’avec 20 ml de chaine dans 7 m d’eau on risque en permanence de toucher une barque ou la vedette des coastguard. Et si ça suffit pas il arrive toutes les heures des monstres ferries cata qui font demi-tour à 2 ou 3 m de toi « bien sûr aux abois » et au moteur, déjà presque appuyé sur les coastguard… Bon oubliez Scarborough comme ils le conseillent d’ailleurs eux-même. Allez directement vous trouver un joli mouillage derrière l’ile et prenez un taxi pour venir faire les papiers.

Pour ce qui nous concerne, nous prenons la décision d’aller directement sur Chaguaramas Trinidad pour faire notre entrée. On pourra anticiper les rendez-vous avec les entreprises pour nos travaux et on trouvera bien des petits coins sympa pour patienter jusqu’au 3 septembre, date de la mise à sec du bateau chez PEAKE.

14H00

On lève l’ancre avec pas grand-chose de vent et on engage la traversée vers Trinidad. Bien fatigués il faut le reconnaitre et certains d’arriver de nuit… Pas génial mais quand même apparemment facile d’accès.

15H00

Merde j’ai encore laissé déborder le réservoir journalier sur le moteur bien chaud… Putain, manque de sommeil et inattention, c’est quand même la deuxième fois que je fais ça… Bref, fouet, insultes et honte, puis nettoyage de la cale et du moteur… Super super ! Enfin Gasoil !!!

Route tranquille à 6 nds maxi.

22 août 2013

... Vous connaissez déjà Trinidad ? Pas nous et on s'est fait avoir en allant tourner derrière la dernière ile pour rejoindre Chaguaramas entre le Venezuela et Trinidad. Ben faut pas le faire ! Un courant démoniaque se forme au niveau de la deuxième ile(boca de navios) : en gros 4 Nds, et des vagues de 2,5m à 4 m qui arrivent d'un seul coup ! Sans vent tu recules ! Sûrement la rencontre de l’océan avec les eaux du golf de paria. Pas un mot dans les guides… On te fait toute une tirade sur le détroit de Gibraltar parfois si dangereux, et ben là rien, nada… Pourtant je peux vous dire que ça fait carrément peur et que mon amour a mis un bon moment pour redescendre de ses émotions. Faut dire que c’est elle qui a subit l’agression de cette énorme bande écumeuse, moi je ronflais sur le pont paraît-il presque plus fort que la mer… J’ai vu en me réveillant une de ces lames monter sur les capots compartiment pilote et mousser sur le hublot de la salle d’eau arrière… Pour ceux qui connaissent Papyrus, c’est haut et loin de l’eau normalement. Bref il faut donc prendre entre Trinidad et monos island, on y a vu les ferries, après…! On a pas voulu le faire de nuit, nous avons eu tort par prudence…

Autant vous dire que nous avons abordé notre entrée dans le golf avec un peu d’appréhension, voile et moteur en sécu… C’est là que nos gps ont encore décrochés ensemble dans cette zone perturbée, comme indiqué sur les cartes, mais pas vraiment de problème... La lune était avec nous et les seuls deux feux importants en fonction, celui de Isla Patos et celui de Diamond Rock, ainsi qu’un autre qu’on suppose sur la cote venezuelienne. Pour les autres feux signalés sur les cartes, ils n’existent pas… Au moins tu peux pas te tromper…

6H15 Mouillé de nuit au milieux d’un imbroglio de cargos, remorqueurs et voiliers… Pas beaucoup de place mais c’est bon quand c’est fait !!! Allez, une bonne cachaça pour fêter cette fin d’histoire et au lit direct dans les odeurs d’usines de bateaux et de gasoil (peut-être aussi encore un peu des nôtres…) Oups !

Partager cet article

Commenter cet article

majo 29/08/2013 21:20

Au chaud et les pieds bien sur terre, j'ai lu votre dernier périple ... costaude l'équipe ! j'espère que maintenant vous vous reposez ! De mon côté, j'en ai fini de me balader et je reprends doucement les activités coutumières.
Pourrons nous skyper de Trinidad ? Peut-on vous envoyer des mails ? des gros baisers d'amour à vous deux. Majo

Michel de Ciao 26/08/2013 23:58

Bon je note, je note.... Pas faire le tour de l'ile dans le mauvais sens, pas verser du gasoil sur le moteur chaud, pas acheter de spi au "gréeurs sympas "...
Merci pour les bon plans, et d'ailleurs surtout merci pour les infos visant à éviter les mauvais... En l'occurrence je crois que l'on partira sans spi... Comme çà : tranquille de ce côté !

Bref on se prépare sérieux au départ ! Louisiane vendu et Léopard 38 signé le 14 Août ! Appart en compromis... Nous sommes maintenant sur la piste de lancement. Départ prévu Juin / juillet 2014...
bises