Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pataras Patatras

6 Avril 2013 , Rédigé par a bord de papyrus Publié dans #2013, #Senegal

Album photos casamance avril13


pataras.jpg
 

Petit point technique pour mieux comprendre la suite :

Sur un voilier, le pataras est un câble reliant la tête de mât à l'arrière du navire : il contribue à maintenir le mât dans sa position verticale dans le sens longitudinal. La traction du pataras est souvent réglable à l'aide d'un ridoir placé à l'extrémité fixée au pont du navire. Le pataras peut parfois être souqué lorsque le vent forci : cette action, en raidissant le guindant de la voile d'avant, permet de l'aplatir. Par vent faible, le pataras pourra être molli pour creuser les voiles. Aux allures portantes, le pataras pourra être molli. Des isolateurs en téflon sont placés sur le pataras : en sectionnant le pataras, la partie située entre les deux isolateurs sert d’antenne à l’émetteur BLU (Bande Latérale Unique est en fait un poste radio travaillant en Haute Fréquence (HF) ou Moyenne Fréquence).
Quand nous avons quitté la France l’été dernier nous n’avions pas d’iridium et donc nous comptions sur la BLU comme moyen de communication en haute mer (recevoir la météo par exemple).
Je dois aussi préciser que l’ensemble du gréement a été remplacer quand nous avons acquis Papyrus.

Bien, maintenant vous avez compris que ce câble d’inox de 12mm et d’environ 20m de long permet de maintenir le mât bien droit. Certes il n’est pas le seul, mais quand même…
Alors voilà la scène :
Petite séquence de hamac-bouquin sous le taud de soleil par 36°C… oui je sais la vie est dure ! Quand un bruit… un peu comme une corde de guitare qui lâche… mais une guitare de géant, version 20m… BLOOOOOOOOONNNNNNGGGGGGGGGG !!!
Et dans le dixième de seconde qui suit, dans un sifflement d’acier un truc s’abat sur nos têtes, protégées par le taud !
Le pataras vient de tomber, à moitié dans l’eau, à moitié sur le taud…
Coup de bol, les panneaux solaires n’ont rien, juste le verre marqué sur celui de tribord.
Coup d’œil au mât : tout va bien, droit comme un i… heureusement sur Papyrus le gréement permet de se passer de pataras pour maintenir le mât à sa place.
Nous sommes abasourdis, dans l’incompréhension totale : nous avions molli le pataras depuis 2 mois car ne naviguant qu’au moteur, les voiles d’avant sont rangées en soute à l’abris des UV…
Alors pourquoi l’isolateur du haut a cédé ? Et comment est-ce possible ?
Ben on sait pas !!!


 isolateurs-teflon-copie-1.jpg

 

JB a trouvé un tourneur qui nous réalise 2 nouvelles pièces en Inox cette fois ! Bye bye la BLU, on a l’irridium !
Et puis on est content car si cela c’était passé en navigation on perdait le mât… patatras la cata !!!

Ah ces bateaux… les anglais en parlent au féminin, allez donc savoir pourquoi 

Partager cet article

Commenter cet article

Fabienne 06/04/2013 20:47

Nan...!

Téou 06/04/2013 16:51

Ben là vraiment !? Dans votre malheur vous avez eu de la chance effectivement, de ne pas être sous génoi.
Ah! toutes ces choses que l'on ne s'explique pas. Antoine disait: "il peut arriver que des choses tombent en marche sur un bateau". Je crois que l'on partage bien cet avis.

Les Téou qui réparent leur bateau et leur ame.