Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Karabane

24 Novembre 2012 , Rédigé par a bord de papyrus Publié dans #2012, #Senegal

Album photos Sénégal

 

A 10 miles de l’embouchure se situe l’ile de Karabane. C’est devant le village du même nom que nous nous arrêtons. On débarque en annexe sur la plage, devant un restaurant qui fait aussi hôtel, et comble du comble possède internet !
Quelques familles vivent de la pêche, un peu du tourisme…
Nous faisons la rencontre de Safi et son gendre Paco. Paco de Karabane (j’adore l’humour sénégalais) est tailleur. Nous lui confions la couverture de nos mousses de pont, nous les récupérerons lors de notre redescente du fleuve.
Les villages qui bordent le fleuve sont tous pourvus de puits. L’eau se trouve à 3m, quel que soit l’endroit où on creuse, ce qui est une providence dans ce pays ou les pluies s’abattent avec violence de juin à septembre, ensuite plus une goutte d’eau ne touche le sol jusqu’à l’année suivante.

 

casamance Karabane
Je profite de cette profusion d’eau pour emprunter l’aire et le matériel de lavage : trois bassines.
Sous le regard attentif de Safi j’entreprends la grande lessive de la semaine. La toubabe qui fait son linge au village ça fait glousser derrière les palissades !
-« Tu frottes pas bien, c’est pas comme ça ! » Paco, un large sourire aux dents blanches,  me prends le short des mains et d’un geste énergique, les deux poings serrés, fait mousser le tissu.
Je m’applique à la tache sous les regards examinateurs de mes deux hôtes.
Quand arrive enfin le dernier  tee-shirt à l’essorage (JB m’a rejoint pour le rinçage-essorage) Safi me congratule d’un « Tu pourrais faire le linge ! ». Je crois avoir gagner les lauriers de blanchisseuse ce matin-là !

Partager cet article

Commenter cet article

Papinou 25/11/2012 17:38

A ma jolie blanchisseuse préférée,

Ah ben dis donc toi, tu sais les dire les choses. Ch'ui ben sûr qu'y a pas la moitié de vrai. Par exemple dans la navigation côtière avec Rox et Jéré à bord je me serais, à votre place, si bien
emmêlé les pinceaux dans les filets que j'en cauchemarde rien qu'à y penser. Vous me direz que je n'ai que ça à faire maintenant; rêver. Surtout que je suis plutôt doué dans ce domaine là. Merci de
m'y aider. Tiens, confidentiellement, je prends de temps en temps la moto pour aller hanter les marinas du coin et je me vois vous faire la nique avec un petit dériveur lesté et vous tirer la
langue en vous doublant avant que vous ne passiez le Cap Vert. Han han...

Bon, c'est pas la peine de rigoler! Il faut seulement que je me décide quoi... En attendant profitez bien de la remontée du fleuve. Avec Papyrus je vous soupçonne d'avoir l'intention d'en remonter
d'autres. Vous avez pensé à la quinine ?

Plein de bisous, du Papou