Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il est l’or mon Ségnor, il est l’heure l’or de réparer le motor… !

10 Septembre 2012 , Rédigé par a bord de papyrus Publié dans #2012, #Méditerranée

Pour ceux qui nous ont  lu dès l’année dernière, le volvo penta du bord souffre de deux maladies récurrentes.

1 il ne démarre presque jamais au moment précis où il doit travailler. D’où atterrissages en tous genres « rock’n roll » à la voile, pour tout dire : pas drôle… !

2 Il aime la mayonnaise, comprendre que de temps en temps l’huile contenue dans le carter prend une sale couleur mayo brune ratée… ! Même pas bonne pour les œufs !

Alors comme à chaque fois, vidange, soins en tous genres plus incantations et constat : au quai impossible de le prendre à défaut.

Il règne dans notre esprit serein une certaine angoisse dès qu’il s’agit de mettre le contact.

Au grès des pannes, c’est à Carthagène que nous rencontrons un mécano qui arrache le démarreur pour changer probablement bobine et solénoïde ou aussi charbons… Bref simplement il  le nettoie d’une tonne de dépôt de corrosion bien cachée sous un état extérieur rutilant. Encore des restes de tant d’années à moisir à port Nap. La panne 1 semble bien résolue !

C’est à Almérimar que nous rencontrons Franck, mécano Allemand installé depuis 9 années  et largement conseillé par la capitainerie du port.

Le bonhomme monte à bord et nous écoute tel un véritable toubib. Il prononce son diagnostic : l’eau de mer qui circule dans le système de refroidissement pénètre par le système d’échappement et envahi peu ou prou le moteur. Il manque de façon très évidente un siphon  qui permet de décompresser le circuit dès que Papyrus rentre dans une dance sauvage roulis/tango.

Franck (prononcer Freink !) n’a pas le temps d’intervenir aussi il donne ces ordres pour l’intervention qu’il suivra à distance.

Pour faire court, nous sortons des 4 cylindres un bon litre d’eau de mer et du carter pas moins de huit litres en plus d’une soupe infecte de 5 ou 6 litres, grasse à vomir.

Merci, merci encore Doctor Franck qui au passage pour son intervention nous a demandé une heure de M/O : 35 euros… ! Nous qui pensions en arrivant en catastrophe, changer au minimum un joint de culasse où pire encore… ! Sans parler du délai d’immobilisation !

En deux jours le pauvre volvo penta malmené depuis sa prime enfance, s’est retrouvé dans sa nouvelle vie baptisé : Freinck !!! Nouveau compagnon qui rejoint  Fafa, Ludi, Hugo et Max…

Partager cet article

Commenter cet article